image dons

je fais un don

Informations sur l'épidémie COVID-19

LETTRE D'INFORMATION COVID-19 #36 du 28 Février 2021

1. Les contaminations en hausse 

Nous indiquions dans notre dernière (#35) lettre que « malgré les propos apaisants l’épidémie n’est pas en baisse ». Il nous faut indiquer maintenant que les contaminations sont même reparties à la hausse avec une prédominance des nouveaux variants. Le taux d’incidence des décès/100.000 habitants est de 121 en France (+21%) et les taux vont de 11-13 (Norvège, Finlande), à 78-80 (Irlande, Allemagne), 139 (Espagne), 150-155 (Portugal, Italie), 177 (UK) et 189 (Belgique), soit un écart de 1 à 17 ! Les taux d’incidence des décès/100.000 habitants s’échelonnent entre 0,1 et 189, soit un écart de 1 à 1890 !! Certains pays ne connaissent pas (ou quasiment plus) le COVID-19 !!


L’évolution de la pandémie à l’échelle mondiale (répartition par continent) est représentée ci-dessous et l’Asie n’est quasiment pas visible, c’est un des paradoxes de cette pandémie.


2. La pénurie de vaccins en France

Nombre de doses administrées/100 habitants au 20 février : la France (5,7%) se situe en dernière position parmi les 5 grands pays d'Europe de l'Ouest : très proche de l’Italie (5,8%), l'Allemagne (6,1%), et l’Espagne (6,3%), mais très loin derrière le UK (26,8%). La France atteint tout juste 2.9 millions de vaccinés au total quand les Etats-Unis vaccinent 2.2 millions de personnes par jour ! 1 américain sur 5 est déjà vacciné. 

Ne nous appelez pas pour être vacciné ou avoir des certificats de vaccination. Cela ne sert à rien malheureusement. Nous n’avons aucun vaccin pour les patients suivi en Cardiologie à la Pitié-Salpêtrière. Ceci n’est pas propre à notre hôpital bien sûr mais les rares vaccins vont ailleurs, quelques unités chez les généralistes.

La Direction Générale de la Santé a annoncé vendredi 12 février que les médecins de ville allaient pouvoir vacciner dès le 25 février, via le vaccin d'AstraZeneca. Sont concernées par ces vaccinations les personnes ayant entre 50 et 64 ans souffrant de comorbidités (diabète, obésité, maladies respiratoires, etc.). Cet effet d’annonce ne doit pas masquer la très grande difficulté à se faire vacciner, qui va s’étaler dans le temps. 

3. L’île de France sous pression à son tour

On dénombre ce samedi 27 février 2021 dans la région Ile-de-France : 14.831 décès au total avec 35 morts en 24h. Actuellement, on compte 797 cas graves en réanimation (+9) et 5.079 personnes hospitalisées. Paris recense 928 personnes hospitalisées et 3.206 décès (+8). La Seine-Saint-Denis compte 744 hospitalisations et 1.789 décès (+1). Le Val-de-Marne compte 616 hospitalisations et 2.229 décès (+3). Les Hauts-de-Seine comptent 821 hospitalisations et 2.003 décès (+4). Les Yvelines comptent 570 hospitalisations et 1.373 décès (+4). Le Val-d'Oise compte 393 hospitalisations et 1.425 décès (+4). L'Essonne compte 573 hospitalisations et 1.349 décès (+8). La Seine-et-Marne compte 434 hospitalisations et 1.458 décès (+3) En Ile-de-France, le taux d'occupation des lits de réanimation est actuellement à 69,6 % et le taux d'incidence à 301,9. Le taux de positivité aux tests est de 8,7 % et le taux de reproduction R est à 0,98. Des « mesurettes » sont en discussion dont les journaux se font l’écho mais nous sommes en train de perdre la course dont nous parlions (lettre #28) entre les variants et la vaccination. Plus que jamais : les mesures barrière ! 

Les analyses sur le variant britannique ont montré qu’une fois présent dans un territoire, sa fréquence a augmenté de façon relativement prédictible et homogène. En Angleterre il semblerait que l’émergence du variant britannique se soit accompagnée d’un décalage des infections vers les classes d’âge les plus jeunes. Les chercheurs de l’Imperial College ont estimé que dans le cas de ce nouveau variant, l’augmentation de la transmission était de l’ordre de 0,4 à 0,7 unité de nombre de reproduction (par rapport aux autres variants circulants) ce qui pour la France nous mettrait un R actuel proche de 1.5, maintenant que ce variant devient prédominant.

4. Les prévisions alarmistes

Autant les connaitre même si cette pandémie a mis à mal beaucoup de prédictions depuis 1 an. Dans une conférence de presse reprise ici: Trending Clinical Topic: COVID Hurricane (medscape.com), Michael Osterholm, directeur du “ Center for Infectious Disease Research and Policy at the University of Minnesota”, a indiqué qu’il pensait que la pandémie COVID-19 allait s’aggraver de manière brutale (« comme un ouragan de force 5 ») du fait de ces variants. Pour les contrer il y a deux armes : une vaccination plus rapide et une meilleure surveillance génomique, deux armes dont la France ne dispose pas suffisamment. Aujourd’hui, plus de 500 000 génomes ont été partagés au niveau mondial. La France en a procuré à peu près 5 000 ; le Royaume-Uni, quarante fois plus ! La surveillance génomique est pourtant essentielle pour détecter d’éventuels variants qui pourraient expliquer pourquoi la dynamique de l’épidémie change, pour déterminer si dans notre pays, il y a une épidémie par département, ou au contraire si l’épidémie favorise les échanges de virus au niveau national.


5. Cinq « bonnes » nouvelles pour finir

1/ Le nombre de décès baisse en Europe. 2/ 1/3 des départements français voient le nombre de cas baisser. 3/ Les librairies deviennent des commerces essentiels. 4/ le printemps arrive et les températures montent 5/ Le Premier ministre du Québec déclare « Ça fait longtemps que je ne me suis pas senti aussi optimiste » ! 

Toute vérité franchit trois étapes : d’abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant été une évidence. Arthur Schopenhauer

Retrouvez ces lettres et beaucoup plus sur notre nouveau site. www.action-groupe.org. 

Parole & Réactions, notre Association de Patients, continue à assurer le lien d’information avec l’Equipe Médicale de l’Institut de Cardiologie pendant cette période de pandémie. Vous pouvez à votre tour diffuser cette Lettre et inviter vos proches à s’inscrire à l’Association afin de recevoir les dernières communications COVID-19 et toutes les autres publications Parole & Réaction. Inscription d’un clic sur : http://bit.ly/3drFs0S

Continuez à nous suivre sur :

https://www.facebook.com/actioncoeur/

https://www.facebook.com/ParoleReactions/

Twitter : @ActionCoeur   @ParoleReactions 



Pr Montalescot et l’équipe de Cardiologie



20